Le Comité Régional de Conchyliculture de Méditerranée vus présente l'histoire de la conchyliculture en Méditerranée.

LA CONCHYLICULTURE...

La villa gallo romaine de Loupian dans l’Hérault en témoigne : les romains mangeaient et adoraient les coquillages.
A cette époque, la grande richesse des eaux de Thau et de la Corse permettait aux coquillages de se développer et de se reproduire en nombre suffisamment important pour régaler tous les gourmets ; mais les huîtres creuses n’existaient pas en Méditerranée, les huîtres plates regnaient en maître.
Les récentes fouilles de la villa gallo-romaine à Loupian et tout autour de Thau montrent que les coquilles d’huîtres laissent apparaître l’empreinte d’un objet strié, ce qui suppose une mise en culture.
Ces hypothèses sont renforcées par le fait que les coquilles retrouvées en grand nombre sont de même diamètre (10 –12 cm), d’où une récolte de coquillages à maturité.
Les archéologues ont également remarqué que les coquilles sont majoritairement des couvercles d’huîtres : il semblerait donc que les huîtres aient été ouvertes. Il supposent aussi qu'elles étaient conservées dans du sel pour être exportées, notamment vers l’Italie.
Ce n’est qu’au 4ème et 5ème siècle après JC qu’une culture des moules est supposée être apparue.

Il faut ensuite attendre 1860 pour que s’installe à Bouzigues et en Corse une culture véritable des coquillages. Tout commence avec un repeuplement d’huîtres à Thau. Dans les canaux de Cette (Sète), dès 1875 sont cultivées des huîtres plates par un système de flotteurs. Mais les eaux du port ne sont pas des plus saines. C’est alors qu'au début du 20ème siècle, un pionnier demande une concession dans la lagune pour y élever des huîtres.

Ce n’est qu’en 1925, suite à une mauvaise pousse des huîtres, que Louis Tudesq, maçon, a l’idée ingénieuse d’élever les huîtres en suspension sur des barres en béton et suspendues à des pyramides en béton. Mais la lourdeur de ces barres de béton amène M. Bénézech à fixer les huîtres sur des barres de palétuvier (bois imputrescible) plus légères.

histoire de la conchyliculture

histoire de la conchyliculture

Malgré tout, les pyramides deviennent vite incommodantes et sont remplacées par des « tables » implantées dans l’eau. Les barres de palétuvier seront alors utilisées jusqu’en 1980, puis remplacées par des cordes végétales enduites de goudron contre le pourrissement suivies par des cordes synthétiques.

Après de mauvaises pousses d’années en années, l’idée d’un remembrement des « tables » de production pour une meilleure distribution des richesses de l’eau naît et c’est dans les années 70 que ce remembrement disposera les tables telles qu’elles le sont aujourd’hui.

Ce n’est qu’à la suite de ce développement de la conchyliculture à Thau que se sont développées les autres zones conchylicoles des côtes méditerranéennes.

histoire de la conchyliculture

histoire de la conchyliculture

histoire de la conchyliculture

Retour en haut de page

Historique