Picochlorum : suivis et observations

Un phytoplancton du genre Picochlorum a envahi la Bassin de Thau depuis le mois de septembre 2018. C’est la première fois qu’un tel phénomène dit des « eaux vertes » est observé dans le Bassin de Thau mais il est très bien connu sur les lagunes héraultaises voisines (palavasiens, Méjean, Etang de l’Or…). Ce phytoplancton a pullulé dans le Bassin suite à la libération massive de nutriments (azotes et phosphates) provoquée par la malaïgue du mois d’août (décomposition anaérobie, donc sans oxygène, de la matière organique). Sa vitesse de multiplication exceptionnelle, sa capacité à s’adapter aux variations de température et de salinité et la poursuite des relargages de nutriments par les sédiments (toujours anoxiques) expliquent la durée du bloom à Thau.

Outre la coloration de l’eau, ce picophytoplancton a des conséquences sur la production conchylicole :

  • Huîtres creuses : le plancton Picochlorum, de très petite taille, est difficilement filtré (prélèvement de 10 à 30 % seulement du stock) et il est très mal digéré par les huîtres creuses. Ce processus de digestion consomme plus d’énergie qu’il n’en apporte aux huîtres, d’où l’arrêt de croissance et l’amaigrissement constatés par la plupart des producteurs sur leurs stocks d’huîtres creuses.

  • Moules : pour les moules, la situation semble moins catastrophique et les témoignages des professionnels sont divergents sur la qualité des produits.

Un Comité de Pilotage s’est constitué autour des services de l’Etat réunissant les professionnels, la communauté scientifique (Ifremer, Umr Marbec, Cnrs, Ird, universitaires) et les partenaires institutionnels (Région, Département, Smbt, Cepralmar) pour gérer cette crise. Il s’est réuni les 17 et 21 janvier 2019. La cellule de crise du Pôle de Compétences est également mobilisée sur le sujet (DDPP).

A la demande du CRCM, un suivi permettant la compréhension du phénomène a été mis en place. Des protocoles ont été proposés visant à étudier simultanément l’évolution des communautés phytoplanctoniques (qualité et diversité des espèces, quantité biomasse et abondance), l’évolution des paramètres physico-chimiques dans la colonne d’eau (éléments nutritifs), l’évolution des performances de croissance et de taux de chair sur le naissain et les huitres marchandes (diplo et triplo) et, enfin, l’évolution des mortalités. Les premiers résultats doivent aider les professionnels à la prise de décisions rapides et vitales dans la conduite de leurs exploitations, notamment au sujet du réensemencement, ainsi qu’orienter les actions correctives à l’échelle de la lagune qui pourraient déstabiliser le phénomène en place et reconstituer l’écosystème initial. Toutes les possibilités offertes sont à l’étude.

Vous retrouverez sur cette page, les résultats de ces différents suivis. Vous pouvez également contribuer en déposant vos propres observations via le formulaire ci-après.