Natiustra : sécuriser le parcours de grossissement du naissain

Garnir ses tables avec du naissain naturel natif de la lagune de Thau, c’est désormais une réalité. Si le captage donne de bons résultats, les étapes qui suivent méritent d’être mieux maîtrisées. C’est tout l’enjeu du projet Natiustra piloté par le Cépralmar. Des tests sont en cours sur la zone identifiée comme particulièrement propice au captage entre Mèze et Bouzigues, au droit de la concession expérimentale du CRCM. En effet, pour éviter la compétition avec les huîtres en grossissement en bordure de concessions et au vu de la faiblesse trophique au centre de celles-ci, il est nécessaire de trouver des techniques à appliquer sur les concessions hors tables, où il n’est pas possible d’exonder et où le fouling est donc un problème important.

Dans un premier temps, les tests de captage sont poursuivis sur la concession expérimentale. 150 collecteurs ont été immergés dans la semaine du 2 juillet. Des oursins ont été installés sur certaines coupelles afin de tester leur habilité à limiter la prolifération algale.

En parallèle, le Cépralmar va également travailler sur la phase de nurserie. Afin d’optimiser les rendements, les naissains les plus petits seront transférés dans des lanternes de maille plus fine. Des tests seront également réalisés pour lutter contre le fouling des lanternes. Une fois ce parcours zootechnique validé, des étudiants seront mobilisés pour analyser la viabilité économique de celui-ci.

Le projet est mené en partenariat avec l’IFREMER (validation scientifique des protocoles/analyses/rapports), le Lycée de la mer (appui pour le montage des structures et les manipulations de terrain) et bien sûr le CRCM. Les co-financeurs sont le Conseil Départemental de l’Hérault et Sète Agglopôle Méditerranée.