Carole Delga rencontre les conchyliculteurs

En déplacement sur Thau le 25 avril, Carole Delga a tenu à rencontrer les conchyliculteurs. A cette occasion, la Présidente de Région a réaffirmé son souhait de contractualiser avec le CRCM un plan d’actions pour la filière sur la base de la stratégie en cours d’élaboration. Cette rencontre a également permis d’évoquer les difficultés rencontrées par les professionnels suite à la malaïgue et à la crise du picochlorum. Le CRCM a demandé que les fonds votés par la Région dans le cadre du dispositif malaïgue et non attribués soient redistribués aux professionnels éligibles. Cette mesure n’étant pas réalisable au plan juridique, la Région a proposé de réorienter cette enveloppe sur le suivi du picochlorum et le déploiement d’un plan de communication et de promotion du bassin à l’échelle régionale. D’autres thématiques ont également été évoquées.

Patrice Lafont, président du CRCM a évoqué le projet de création de zone de stockage protégé sur la zone portuaire de Frontignan. Le site ne s’avérant pas propice à cette activité du fait des difficultés d’approvisionnement en eau de mer propice à la conchyliculture, plusieurs pistes sont envisagées dont la création d’une écloserie et l’accueil de projets de recherche et développement en lien avec la diversification des activités. La Région s’est dite favorable à ce type de projet qui pourrait également accueillir des entreprises privées mais attend un engagement fort des professionnels en termes d’animation et de gouvernance.

La question des aides à l’installation valables pour les jeunes agriculteurs mais plus inscrites dans les nouveaux fonds européens pour la pêche a également été abordée. La Région, en tant qu’autorité de gestion des fonds européens, travaillera à orienter et adapter ces axes de financement pour inclure dans le prochain FEAMP post 2020 de nouvelles mesures de soutien et d’accompagnement des jeunes à l’installation entre autre. Ce travail sera réalisé en concertation avec les organisations professionnelles.

La courantologie et les besoins de la lagune en eau douce ont été un des autres sujets à l’ordre du jour. La lagune étant de plus en plus impactée par les aléas climatiques, Patrice Lafont a demandé qu’une étude soit lancée pour rectifier la perte des apports en courant et en eau douce liée au développement des infrastructures portuaires. La présidente de Région a confirmé qu’un travail sera engagé sur le sujet.