IGP Thau : vers une obtention en 2019

Le 5 mars dernier, une trentaine de professionnels a participé à la réunion de présentation de la démarche IGP Huîtres de Thau à la Maison des savoirs, espace Le Taurus à Mèze. Ce rendez-vous a permis de présenter les différentes étapes de la démarche et les exigences liées à l’obtention.

Pour rappel, l’IGP est un signe d’origine et de qualité reconnu en Europe. Il est lié à un espace territorial reconnu et réputé et cette labellisation permet de gagner la confiance du consommateur. Les professionnels de Thau sont nombreux à être partants pour cette démarche. 56% d’entre eux se sont dits intéressés lors de l’enquête menée par le CEPRALMAR en 2016 sur 135 entreprises interrogées.

L’IGP permettrait de protéger le nom Huîtres de Thau, de valoriser le territoire, de résister face à la concurrence des autres bassins de production au niveau des prix et de faciliter la communication sur un mode de production et un produit spécifique. Une mention premium sera mise en place pour l’huître exondée au minimum 12 fois sur une période allant de septembre à mai. Une mention spéciale premium ou excellence pour les huîtres bénéficiant d’un taux de remplissage de 18% pour le très haut de gamme est à l’étude.

La démarche d’obtention de l’IGP est portée par l’OP Thau et doit répondre à un cahier des charges spécifique décrivant le produit, ses caractéristiques, ses conditions d’élaboration spécifique et son lien avec le territoire. Pour que les huîtres bénéficient de l’IGP, elles doivent avoir été élevées durant six mois minimum dans l’étang de Thau par les établissements situés sur Bouzigues, Frontignan, Loupian, Marseillan, Mèze ou Sète. La purification et conditionnement doivent également avoir lieu dans les mas conchylicoles de ces communes.

L’instruction des demandes est assurée par l’INAO puis homologuée et enregistrée par les ministères de l’Agriculture et de l’Economie et par la Commission européenne. La démarche nécessite donc de justifier les liens entre le produit et le territoire, l’INAO demandant une déclinaison argumentée sur le lien entre le nom « huitres de Thau » et le territoire. Une recherche est donc lancée pour réunir les documents faisant référence au nom « Huîtres de Thau » ainsi que toutes les démarches engagées récemment visant à améliorer l’image de la lagune et à promouvoir le nom de « Thau ».

Au plan de la communication, il est prévu la création d’une identité à partir du logo Huîtres de Thau et d’éléments de langage. Une présentation de l’IGP Huîtres de Thau serait réalisée à l’occasion de diverses manifestations (salon de l’agriculture, fête de l’huître, marchés de proximité, communication auprès des partenaires institutionnels, relation publique et presse).

La certification pourrait intervenir en 2019. La démarche est soutenue par la Région, le Département, Sète agglopôle Méditerranée, le CEPRALMAR, l’irqualim et animé par la Fédération des IGP de l’Hérault.